• Un vieux métier : Rémouleur !

     

    Un métier imaginaire ? Non ! Moi j'ai envie de vous reparler d'un vieux métier en voie de disparition et qu'un lyonnais (eh oui !) vient de remettre au goût du jour, il se prénomme Paul ! Il exerce son métier sur les marchés et est accueilli avec un grand sourire… ménagères, couturières sont contentes de lui apporter couteaux et ciseaux !

     

    Une manière aussi de protéger la planète... et de faire des économies !!!

     

    Mais quel est donc ce métier ?

     

     

    Un vieux métier : Rémouleur !

     

     

    Le métier de rémouleur est très ancien ; on en retrouve les premières traces aux environs de 1300. Au début du XVème siècle, la corporation des
    « esmouleurs » de grandes forces détient le privilège d'aiguiser les ciseaux des tondeurs de drap (appelés "grandes forces") ; elle reçoit de Charles VI des statuts précis et rejoint la corporation des couteliers à la fin du XVème siècle. Au fil des siècles, la profession va se développer.

     

     

    Un vieux métier : Rémouleur !

     

     

    En 1807, la loi leur fait obligation d'avoir un passeport pour sortir de France, mais aussi pour voyager en France. Le métier vivra jusqu'au milieu du XXème siècle. Par la suite, la qualité des aciers et leur traitement vont rendre l'affutage de plus en plus rare.

     

     

     

    Un vieux métier : Rémouleur !

     

    Ce rémouleur, finement représenté, occupe le centre
    d’une assiette de 25 cm de diamètre en porcelaine de Paris.

     

    Souvent originaire d'une région pauvre, le rémouleur part sur les routes chercher un hypothétique complément de revenu. Un voyage qui durait de Février à Novembre, soit une dizaine de mois et qui amenait le rémouleur à parcourir plus de 1000 km pendant cette période.

     

     

    Un vieux métier : Rémouleur !

     

     

     

    L'équipement du rémouleur a évolué au fil du temps pour devenir à la fin un engin relativement sophistiqué (quand il avait les moyens de l'acheter).
    Au début, il s'agissait d'un simple bati, muni d'une lourde
    meule de grès, souvent actionnée à la main par un apprenti. Le bati était transporté sur le dos au moyen de sangle. Plus tard, une brouette a rendue le transport moins fatiguant ; le rémouleur y ajoute une réserve d'eau pour lubrifier la meule, et par la suite, la fameuse pédale qui lui permettra d'actionner lui-même la meule à l'aide du pied.

     

     

    Un vieux métier : Rémouleur !

     

    Superbe et attachant petit bronze à patine dorée intitulé » Le Rémouleur »
    Signé Charles MENN

     


    Ensuite la brouette est devenue une charette plus évoluée, mais toujours tirée par le rémouleur. La taille du support s'agrandissant, on y ajoute un étau pour affûter les scies, une petite enclume et un marteau pour redresser les lames tordues ; ensuite viendra le temps de la démultiplication de l'entrainement au moyen d'une grand roue et d'une courroie, des tiroirs pour ranger les outils.

     

     

     

    Un vieux métier : Rémouleur !

     

    Rémouleur chinois, d’après une photographie communiquée par M. le Consul de France à Canton

     

     

     

    Peut-être reverrons-nous bientôt, ce vieux métier renaître de son oubli et qui peut procurer du travail à celui qui en a besoin, à condition de suivre la petite formation nécessaire !!! 

     

     

    Un vieux métier : Rémouleur !

     

     

     

     

     

    « Ils étaient blancs... les miens sont bleus !!Prénom du mercredi : Barnabé !!!! »

  • Commentaires

    27
    Phildes
    Samedi 8 Février 2014 à 21:15

    Quand j'étais petit, il y en avait un qui passait dans le village. Maman lui donnait couteaux et ciseaux à aiguiser.

    Beaucoup de métiers ont peu à peu disparu. C'est bien de les remettre au gout du jour.

    Passe un bon dimanche

    26
    Mercredi 5 Février 2014 à 09:17

    belle journée, Monelle;

    25
    Mercredi 5 Février 2014 à 08:55

    un coucou pour savoir si tout va bien

    bisous

    24
    Mardi 4 Février 2014 à 23:19

    c'est bien dommage de voir ces vieux métiers disparaître

    23
    Mardi 4 Février 2014 à 21:28
    Le Noctamplume

    Bonsoir Monelle

    Je connais bien ce métier pour en avoir vu passer dans nos quartiers de ville quand j'étais gamin, mais moi personnellement, je n'ai jamais réussi à affuter un couteau ou quoi que ce soit

    Bisous et douce soirée

    Le Noctamplume

    22
    Mardi 4 Février 2014 à 15:42

    j'ai aimé redécouvrir ce vieux métier, si joliment conté. beau travail

    by

     

    21
    Mardi 4 Février 2014 à 12:58

    Bonne journée amie MOnelle, 

    Gros gros bisous

    Amitiés de nous deux.

    20
    Mardi 4 Février 2014 à 12:24

    belle journée, Monelle;

    19
    Mardi 4 Février 2014 à 11:51

    Ce vieux métier méritait bien le superbe reportage que tu as fait.
    Il y a encore a peu près dix ans que tous les ans il y avait un qui venait sonner à notre porte mais on ne le voit plus.

    18
    Mardi 4 Février 2014 à 10:27

    Ma Monelle, j'ai oublié de te dire que je suis en pause pour une semaine ! Je viens de publier la fin de la visite de la rive droite ! Je t'écris ça sur ton blog, et je m'en excuse, mais je n'ai pas accès à ma messagerie ce matin !        Gros bisous bien mouillés et ventés et bonne semaine mon amie !    Florence

    17
    Mardi 4 Février 2014 à 09:08

    C'était bien ces vieux métiers et bien pratique

    Bonne journée

    gros bisous Monelle

     

     

     

    16
    Mardi 4 Février 2014 à 08:45

    Bonjour Monelle,

    C'est bien de parler de ces vieux métiers. Cela devait exister lorsque j'étais petite. Aujourd' hui on jette tout et on achète.... c'est la société de consommation !!!

    Bonne journée à toi avec de gros bisous

    15
    Mardi 4 Février 2014 à 02:17
    Bon, je me rends compte en me relisant que ça fait un sacré paquet de "métiers" ... mais vu l'heure tu me pardonneras hein ?

    Bizzz ... ;)
    14
    Mardi 4 Février 2014 à 02:15
    Coucou Monelle ...
    Un joli métier, comme l'étaient tous ces anciens métiers ... tu le décris avec beaucoup de tendresse, et de respect pour ces gens qui portaient leur métier sur leur dos ou plus tard, au bout de leurs bras.
    Je n'ai pas connu ces métiers de rue, mais ma maman m'en parlait parfois ... avec la même émotion que toi ... toi dans tes mots, elle dans sa voix ...
    Merci ... et gros bisous Monelle ...
    13
    Lundi 3 Février 2014 à 22:12

    Beaucoup d'anciens métiers reviennent à,la mode  par nécessité; ce n'est pas un mal , au contraire  ! On réapprend l'économie, face au gaspillage! Bisosu

    12
    Lundi 3 Février 2014 à 22:01

     

     

    J'eb ai connu dans ma jeunesse, ils passaient dans les rues en hurlant leur présence. Bonne semaine, Monelle.  Bisous frisquets.  Yvon.

     

     

    11
    Lundi 3 Février 2014 à 14:48
    jean-pierre c

    bonjour Monelle . et oui un métier aujourd'hui pratiquement disparu . il était pourtant bien utile . bonne journée et de gros bisous 

    10
    Lundi 3 Février 2014 à 11:35

    Je me souviens en avoir vus, petite, de ces braves hommes qui parcouraient la campagne....

    C'est bien de faire renaître ces vieux métiers.

    Bisous ma belle et amitiés de nous deux.

    9
    Pat.
    Lundi 3 Février 2014 à 11:01

    Il me faudra trouver des mots bien affûtés pour te faire un commentaire pas débile sur ta publication une fois de plus passionnante. Fine lame, pinceau délicat et plume virevoltante... rhââââ Monelleke merci pour ce beau voyage au fil... du temps.

    Bises et pensées chaleureusement affectueuses.

    Pat.

    8
    Lundi 3 Février 2014 à 10:50

    cela fait remonter des souvenirs lorsque j'entendais le cri du rémouleur qui montait jusqu'au 5 éme étages

    ainsi que le vitrier

    c'est loin tout cela et cela me rajeuni pas

    bisous

     

     

     

    7
    Lundi 3 Février 2014 à 10:28

    Bonjour Monelle


    Excellent article, dommage que la loi française soit si compliquée, sinon je suis persuadé que les petits boulots reviendraient à la mode.


    Patjoa

    6
    Lundi 3 Février 2014 à 09:43

    un métier qui a disparu;

    bon lundi;

    5
    Lundi 3 Février 2014 à 09:38

    Il est ainsi de vieux métiers que la machine a fait évoluer. Et aussi la société de consommation.

    Devons nous nous attrister ou juste se souvenir.

    Belle journée jolie madame

    Bisous 

    4
    Lundi 3 Février 2014 à 09:08

    Et oui, il faut tailler dans le vif pour se créer son propre boulot.... Je lui souhaite bonne chance !

    3
    Lundi 3 Février 2014 à 08:51

    Merci Monelle, j'ai connue enfant, un monsieur qui passait dans nos rues pour se faire, ma mère lui donnait ses ciseaux de couturière ! Bises de jill et bon lundi !

    2
    Lundi 3 Février 2014 à 08:37

    Me voici près du rémouleur !


    Oui, maintenant les machines  ont remplacé les bras et mains expertes, mais eux-mêmes, comme tu le dis ont modernisé peu à peu leur métier ! C’est l’évolution, l’homme a toujours cherché des trucs pour se faciliter la tâche, c’est normal, mais c’est à double tranchants (qu’il faut affuter des deux côtés !).


    Gros bisous Monelle et bonne semaine !


    Florence

    1
    Lundi 3 Février 2014 à 08:28

    Coucou Monelle,

    Merci de nous parler de ce vieux métier dont je me souviens du temps où j'étais metite fille! Le rémouleur passait 2 fois par ans maman lui confiait, couteaux, ciseaux...!!!! J'ai encore dans l'oreille le bruit des couteaux sur la meule actionnée au pied, grâce à une pédale!

    Revenue de Normandie hier soir, j'ai retrouvé mon Ille et Vilaine. Bises et bon lundi. ZAZA

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :