• Sociétés Secrètes ou Confréries lyonnaises !!

    Sociétés Secrètes ou Confréries lyonnaises !!

     

     

    Et si je vous parlais des différentes Sociétés Secrètes ou Confréries de ma ville. 

    J'ai choisi de vous parler des TALMELIERS ..... 

    de quoi s'agit'il donc ??? 

    Les origines 

    Avant et pendant une grande partie du moyen âge, pour faire du pain, étaient obligés de tamiser la mouture grossière provenant du blé, de l'orge, du seigle, etc... 


     

    De là vient le nom de talmelier ou talemelier. 

    C'est à cette époque lointaine où l'idée religieuse était très liée à tous les actes de la vie quotidienne que les diverses communautés des Arts et Métiers commencèrent à se réunir en confréries, se plaçant sous la protection d'un saint : Saint Louis et plus tard Saint Honoré ! 

     


     

    Les talmeliers seront des hommes très respectés, ils bénéficieront de nombreux privilège mais leur situation sera parfois difficile lors des périodes de famine. 

    Actuellement, le boulanger reste le point d'encrage de la population, même la plus petite commune souhaite garder son boulanger mais c'est souvent bien difficile. Aussi très conscients du problème, les boulangers d'aujourd'hui ont voulu renouer la tradition de leurs aïeux en créant des « Confréries » ! 


     

    La Confrérie des Talmeliers du Bon Pain de la Province du Lyonnais a été créée en 1996. Chacune d'elles a un costume très spécifique dont les couleurs représentant la mie et la croûte du pain ! 

    Quelques repères de dates : 


     

    - De la préhistoire à l’antiquité :
    L’histoire du pain commence en –8000 av. J-C. avec les prémisses de l’agriculture. L’activité de boulangerie se développera au cours de l’antiquité avec l’avènement des civilisations méditerranéennes (égyptienne, grecque et romaine).
     


     

    - Au moyen âge (du Vè au XVè siècle) :
    Dans l’Europe rurale du moyen âge, nombreuses sont les périodes de disette qui entraînent l’apparition des pains de famines : pains de farine de gland, pains de racines et d’herbes pilées, …A cette époque, le système féodal régit les activités humaines, y compris la boulangerie : la cuisson du pain fait l’objet d’une redevance. Peu à peu, les boulangers, alors appelés talmeliers, s’organise en une corporation très puissante.
     


     

    - De la renaissance à la révolution française
    (du XVè siècle à 1789) :

    Le développement des sciences profite à la technologie meunière et boulangère. Les techniques de panification progressent considérablement. Mais le blé connaît de fortes hausses de prix et, à l’aube de la révolution, la colère du peuple affamé se cristallise contre les boulangers. 


     

    - De la révolution française à la IIIè république
    (de 1789 à 1870) :

    La révolution agricole va progressivement faire disparaître les famines. Les méthodes de fermentation évoluent et, parallèlement, les méthodes de pétrissage. C’est l’époque des premiers essais de mécanisation, encore timides : le métier de boulanger est encore très physique. 


     

    - De la IIIè république à la 2nde guerre mondiale
    (de 1870 à 1945) :

    Ce sont les débuts de la boulangerie moderne. Les inventions sont nombreuses et l’accès à des matières premières diversifiées est plus aisé. Pourtant, le pain va se raréfier à l’occasion de la crise économique de 1929, puis avec l’occupation allemande. 


     

    - De l’après-guerre aux années 60 :
    Les fournils se modernisent. La boulangerie est encore une activité largement artisanale, même si les produits industriels sont des succès commerciaux auprès des consommateurs urbains. 


     

    - Depuis les années 60 :
    Après la recherche d’un pain toujours plus blanc, le consommateur revient à des goûts plus typés. Les boulangers diversifient leur gamme de pains spéciaux et reviennent à des méthodes de fabrication traditionnelles : levain naturel, pâte peu pétrie mais très fermentée, four à bois. Le prix du pain est libéralisé en 1986. La concurrence des industries et des grandes surfaces se fait plus rude. Mais le dynamisme et le talent des artisans français leur assure un prestige qui ne connaît pas de frontières. 

     
     
     

     

    Je suppose que cette promenade dans le temps vous a donné faim ?? Alors : 

     

     

     

    « Mes poésies !!Cinq tableaux sur... l'amour !!! »

  • Commentaires

    11
    Vendredi 14 Juin 2013 à 23:05

    je ne connaissais pas ce métier! Le pain a accompagné l'histoire du monde et de la france jusqu'à nos jours !

    Une belle découverte. Bisous et bon week end

    10
    Vendredi 14 Juin 2013 à 17:25

    Kikou Monelle,

    Bien bel article sur cette confrérie des boulangers,je ne connaissais

    pas les Talmeliers.Le pain n'est plus aussi bon,il faut trouver le bon boulanger :-)

    Je regrette le pain de mon papa qu'il nous faisait à la maison,du vrai pain :-)

    je te souhaite une bonne fin de journée,et de passer un agréable week-end,bisous.

    9
    Vendredi 14 Juin 2013 à 12:17

    formidable article, trés bien documenté, je ne savais pas que les Talmeliers étaient des boulangers.

    bises

    8
    Vendredi 14 Juin 2013 à 09:00
    Eglantine lilas

    je ne connaissais pas le terme de  : talemelier.

    ça confirme qu'on en apprend a tous les ages

    bonne fin de semaine

    bisous

    7
    Jeudi 13 Juin 2013 à 21:59

    je mangerais bien un bon gâteau avec toute cette farine on doit pouvoir en faire de bon

    bisous

    6
    flipperine Profil de flipperine
    Jeudi 13 Juin 2013 à 18:05

    et le pain un aliment sacré quel sacrilège quand on voit des baguettes quasiment entières jetées à même le sol quand tant de personnes ont faim

    5
    Jeudi 13 Juin 2013 à 15:54

    avec ou sans céréales .....

    4
    Jeudi 13 Juin 2013 à 13:57

    Coucou

    Trop tard je n'ai plus faim. C'est bien aujourd'hui j'ai appris quelque chose d'intéressant. Merci Monelle.

    Bon jeudi. Gros bisous

    3
    Jeudi 13 Juin 2013 à 08:19

    Coucou ma Monelle !


    Très instructif tout ça ! C'est joli toutes ces confréries ! Pour moi, c'est fini le blé, je ne peux plus en manger, donc plus de pain. Je me tourne vers le sarrazin et comme j'ai toujours aimé ça, je m'y fait. j'ai même mis au point un gâteau aux pommes qui finalement est très bon !


    Gros bisous et bonne journée Monelle !


    Florence

    2
    Jeudi 13 Juin 2013 à 08:04

    Merci Monelle je découvre, ce jour nous faisons toi et moi dans la farine... Bon jeudi à toi, bises de jill

    1
    Jeudi 13 Juin 2013 à 06:31
    H-IL

    Avec ou sans beurre sur mon pain je suis content de te revoir

    Jeudissimes bisous chère Monelle

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :