• Poétesse : Louise Labé

     

    Louise Labé (1524-1566)

     

     



    Poétesse de l'école lyonnaise formée autour de Maurice Scève, qui fut l'une des plus grandes femmes de lettres du XVIe siècle.

     Née à Lyon, elle était la fille d'un riche cordier, Pierre Charly (ou Charlin), surnommé Labé. Elle reçut une bonne éducation «!à l'italienne!» - enseignement de l'italien, du latin et de la musique - et fut instruite au maniement des armes. Autour de 1543, son mariage avec un cordier lui valut son surnom de « Belle Cordière ».

    L'œuvre de Louise Labé, publiée intégralement en 1555, est composée essentiellement d'élégies et de sonnets amoureux, qui furent écrits entre 1545 et 1555. Ces poèmes, d'une grande rigueur formelle, se distinguent des œuvres contemporaines par leur ardeur, leur spontanéité et la sincérité des sentiments exprimés, en même temps que par une philosophie de l'amour d'inspiration platonicienne. 

     

    Page de titre de l'édition de 1556 de ses œuvres

     

    Je l'imagine, elle a les yeux noisettes
    Je les aurais pour moi bleus préférés
    Mais ses cheveux sont blonds comme vous êtes
    ô mes cheveux mordorés et dorés

     

     écrit Louis Aragon dans un poème que lui inspira les amours avec Olivier de Magny de la légendaire Louise Labé (1524-1566), qui, dit-on, s'habilla parfois en garçon, fit des tournois et même la guerre, et ce qui est mieux, fit l'amour avec délectation  et le chanta avec ferveur.

     

     

     Elle figure sur le Mur des Livres à Lyon

     

    Un exemple de ses poèmes :

     

    Vivons, ma Lesbie, pour nous aimer,
    Et moquons-nous des vains murmures
    Des tristes vieillards.
    Les soleils peuvent s'éteindre et se rallumer ;
    Pour nous, lorsque s'est éteinte la brève lumière,
    Il nous faut dormir une nuit éternelle.
    Donne-moi mille baisers, puis cent,
    Puis mille autres, puis encore cent,
    Puis mille autres, puis cent.
    Alors, après que nous aurons donné des milliers de baisers,
    Brouillons-en le compte, au point de ne plus savoir,
    Et que ce compte impossible pour nous comme pour eux
    Nous mette hors d'atteinte des jaloux.

     

    Bien d'autres encore - plus savoureux - et si vous voulez la mieux connaître, rendez-vous sur le Net !

     

    Poétesse : Louise Labé

     

    « Poésie : " Oiseau de paix "Poésie " La fleur et le papillon " »

  • Commentaires

    31
    Vendredi 13 Février 2015 à 09:34

    belle journée, Monelle

    bisous;

    30
    Mercredi 11 Février 2015 à 22:45

    une nouvelle bannière pour accompagner l'hiver

    bisous

    29
    Mercredi 11 Février 2015 à 13:36

    Je ne la savais pas si coquine  ! Une femme moderne et libérée!  Merci de la découverte! Bises

    28
    Mercredi 11 Février 2015 à 11:25

    belle journée, Monelle

    bsous

    27
    Mercredi 11 Février 2015 à 11:22

    Bonjour Monelle,

    Merci de nous faire connaitre cette belle personne. Ton article est bien fait.
    Belle journée à toi. Je t'embrasse

    26
    Mercredi 11 Février 2015 à 07:00

    Je ne connaissais pas. Qu'il est beau ce poème. Merci. Belle journée

    25
    Mardi 10 Février 2015 à 11:04

    belle journée, Monelle

    bisous

    24
    Mardi 10 Février 2015 à 10:45
    Joseph Guégan

    Je connaissais son nom mais j'ignorais tout d'elle.
    Merci pour cet article
    Bonne semaine

    23
    Mardi 10 Février 2015 à 09:56

    Bonne journée Monelle. Merci pour tes commentaires, tu peux ainsi mieux vivre notre voyage avec nos deux blogs ! Gros bisous. Oui je sais tu aurais bien aimé être avec nous !

    22
    Lundi 9 Février 2015 à 12:07

    je passe te faire un petit coucou avant de partir au louvre

    bisous

    21
    Lundi 9 Février 2015 à 10:56

    bon début de semaine, Monelle

    bisous;

    20
    Dimanche 8 Février 2015 à 21:05

    Bonne soirée ma belle, bizous 
    Fichier hébergé par Archive-Host.com

    19
    Dimanche 8 Février 2015 à 15:01

    bonne soirée, Monelle

    bisous;

    18
    Samedi 7 Février 2015 à 23:17

    une belle dame qui n'avait pas froid au yeux

    bisous

    17
    Philippe D
    Samedi 7 Février 2015 à 21:35

    Comme je ne m'intéresse pas trop à la poésie, je ne connais pas cette dame.

    Bon dimanche. 

    16
    Samedi 7 Février 2015 à 12:55

    je ne connaissais pas; 

    bisous et belle journée, Monelle;

    15
    Samedi 7 Février 2015 à 12:49

    Bonjour

    J'apprends plein de chose grâce à toi et je t'en remercie!

    Bisous

    14
    Samedi 7 Février 2015 à 11:19

    Coucou ma Monelle !

    Je viens un peu tard, pardon !

    En lisant ce poème à Lesbie, je comprends ton fond de page un peu érotique !!!

    Elle brûlait à tous les feux la belle Louise et les "abbés" devaient se voiler la face si elle se confessait à eux !  Quel nom pour cette ardente pécheresse !!!

    Merci Monelle de me la remettre en mémoire !

    Gros bisous et très bonne semaine de repos et de détente ma Monelle !

    Florence 

    13
    Samedi 7 Février 2015 à 07:55
    H-IL

    Une belle Poétesse qui tire la corde à la fin de chaque mois ?

    Gros bisous Monelle et content de te revoir

    12
    Vendredi 6 Février 2015 à 23:19

    Coucou Monelle, merci beaucoup pour ton article sur cette poétesse lyonnaise, qui donne envie d'en savoir plus ! Gros bisous.

    11
    Vendredi 6 Février 2015 à 18:10

    Non je ne connais pas , mais pour un baiser je lis !!

    Bisou, bon Weekend MonelleFichier hébergé par Archive-Host.com 

    10
    Vendredi 6 Février 2015 à 15:53

    Très sympathique de nous replonger dans la poésie du XVIeme siècle...

    Que de baisers !

    9
    Vendredi 6 Février 2015 à 14:33

    et un baiser ça veut dire tant de choses

    8
    Vendredi 6 Février 2015 à 14:17

    je ne savais pas qu'elle était de chez toi !!
    ah que de vedettes ;-)
    bises et belle journée

    7
    Vendredi 6 Février 2015 à 13:03

    Bon vendredi Monelle, Cette Louise semblait bien passionnée, mais dans ces temps là le déshabillage devait être long !!! Bises et merci pour ce joli article.

    6
    Vendredi 6 Février 2015 à 12:09

    Une poétesse que j'aime beaucoup. Un très bon choix de poème Monelle.

    Mais celui ci est certainement celui que je préfère

    Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;
    J'ai chaud extrême en endurant froidure :
    La vie m'est et trop molle et trop dure.
    J'ai grands ennuis entremêlés de joie.

    Tout à un coup je ris et je larmoie,
    Et en plaisir maint grief tourment j'endure ;
    Mon bien s'en va, et à jamais il dure ;
    Tout en un coup je sèche et je verdoie.

    Ainsi Amour inconstamment me mène ;
    Et, quand je pense avoir plus de douleur,
    Sans y penser je me trouve hors de peine.

    Puis, quand je crois ma joie être certaine,
    Et être au haut de mon désiré heur,
    Il me remet en mon premier malheur.

    C'était l'un de mes sujets au bac de français

    Bises et bonne journée. ZAZA

    5
    Vendredi 6 Février 2015 à 11:50

    A quoi bon faire des calculs d’apothicaire ... ne dit-on pas que quand on aime on ne compte pas ?

    Très joli poème ... merci pour la découverte.

    Gros bisous Monelle ... passe une bonne journée wink2

    4
    Vendredi 6 Février 2015 à 10:59

    Bonjour Monelle, 

    Elle n'a pas aimé que la poésie me semble-t-il  ! smile

    Bises et beau week-end

    Dominique

    3
    Vendredi 6 Février 2015 à 09:19

    Belle mise en page en l'honneur de cette "Belle Cordière" lyonnaise de surcroit ce qui ne peut que te ravir. Bonne journée Bisous

    2
    Vendredi 6 Février 2015 à 09:10

    belle journée, Monelle; 

    bisous;

    1
    Vendredi 6 Février 2015 à 09:02

    Louise Labé, pas d'hier mais ses écrits sont restés...  merci pour le rappel Monelle, bises de JB

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :